Dessin Presse Bdmarcel Thierry Art Deco Gouache Original Paquebot Liberté 1946

DESSIN PRESSE BDMARCEL THIERRY Art Deco GOUACHE ORIGINAL Paquebot Liberté 1946


DESSIN PRESSE BDMARCEL THIERRY Art Deco GOUACHE ORIGINAL Paquebot Liberté 1946  DESSIN PRESSE BDMARCEL THIERRY Art Deco GOUACHE ORIGINAL Paquebot Liberté 1946
Les visuels (nombreuses photographies) sont tout en bas de la page, après la fiche descriptive!! Un grand nombre de dessins originaux divers, gouaches ou aquarelles originales, maquettes originales de couvertures de revues, etc... Provenant des archives de Marcel THIERRY qui signait également M. Journal des Voyages et des Aventures de Terre, de Mer, de l'Air.

(6e série, 148 numéros parus entre 1946 et 1949). Maquette et composition originale à la gouache pour le Numéro 27 du 29/08/1946 "Le Paquebot Liberté" (Compagnie Générale Transatlantique - Ruban bleu - Paquebots) Très Belle composition, sujet très "Art-Déco" Le "SS Europa" devient le Paquebot "Liberté" LEuropa est un paquebot transatlantique allemand construit par les chantiers navals Blohm & Voss dans le port de Hambourg et lancé en 1930. C'est le premier paquebot pourvu d'un bulbe d'étrave et de chaudières à mazout. Après la Seconde Guerre mondiale, le paquebot est cédé comme dommages de guerre à la Compagnie générale transatlantique pour remplacer la perte du Normandie. Il devient le "Liberté" et est remis en service en 1950.
En 1961, il est désarmé au Havre à cause de l'arrivée imminente du "France" , puis détruit à La Spezia l'année suivante. Il a pour navire-jumeau le Bremen. Oeuvre sur papier à dessin épais - Bon état général, très correctement conservé frottements divers sur bords et coins, plis, salissures ou taches au verso habituelles (dessin utilisé à l'Imprimerie) Verso un peu jauni comme toujours, traces de papier, inscriptions diverses au crayon etc... Cf visuels ci dessous en bas de page...

Dimensions du Feuillet : environ 31,9x22,4cm - Document Unique! Journal hebdomadaire de voyages et d'aventures, fondé par Charles-Lucien Huard le 1er juillet 1875 à Paris. Ce périodique est ensuite absorbé en juillet 1877 par une nouvelle équipe dirigeante. Le Journal des voyages et des aventures de terre et de mer bénéficie de l'expérience d'un éditeur comme Decaux qui avait repris le fonds de son ami et associé François Polo, créateur entre autres de LÉclipse, un journal satirique illustré disparu un an plus tôt. Dreyfous et Decaux rachètent le titre d'Huard, lequel connaissait des difficultés.

De son côté, Dreyfous a publié de nombreux ouvrages de vulgarisation ; il est ami avec Émile Zola et Gustave Flaubert ; surtout, il possède des contacts à Londres et réussit, entre autres, à récupérer les carnets de voyage de l'explorateur Henry Morton Stanley qui venait de découvrir les sources du fleuve Congo qu'il édite dans une nouvelle collection, la « Bibliothèque d'aventures et de voyages », laquelle connaît un certain succès. Armand-Désiré Montgrédien est nommé gérant. Livré le dimanche afin de cibler les familles, le périodique possède donc une direction bicéphale, le siège parisien étant situé à deux adresses : à la Librairie illustrée, 7 rue du Croissant, et à la Librairie M.

Il est vendu 15 centimes pour 16 pages au format in-folio en noir et blanc. Cette première formule va durer vingt ans. Parmi les premiers collaborateurs, on note un certain Jules Gros, qui n'a pas son pareil pour transformer les notes brouillonnes de certains voyageurs en récits enlevés. Membre de la Société de géographie, il quitte un beau jour le journal, gagné par la fièvre de l'or, et s'en va fonder la République de Counani, un territoire situé au nord du Brésil, et s'y proclame bientôt "Président", sous le nom de Gros 1er!

Le Journal des voyages trouve rapidement son public : son seul concurrent sérieux est Le Tour du monde, journal des voyages et des voyageurs édité par Hachette. Si Decaux ramène au journal un certain nombre d'illustrateurs, Dreyfous réussit à convaincre de collaborer le dessinateur Albert Robida, dont il fut aussi le premier éditeur. Un romancier y est particulièrement remarqué par le public : Louis-Henri Boussenard. La Librairie illustrée, qui déménage au 8 rue Saint-Joseph, élargit sensiblement son fonds ; Decaux et Montgrédien se lancent dans la publication d'autres périodiques comme La Science illustrée à partir de 1887 qui reprend certains des auteurs et illustrateurs du journal. Est confié à Robida la nouvelle série du Monde comique, sorte de supplément illustré humoristique de 6 pages.

Ses parts sont rachetées en 1894 par les frères Charles et Jules Tallandier qui entrent dans le capital de la Librairie illustrée aux côtés de Montgrédien, tandis que Dreyfous reste dans un premier temps le directeur. Une nouvelle série voit le jour, livrée désormais le jeudi au lieu du dimanche, comportant une première page en couleurs, après que le titre a fusionné avec trois anciens périodiques : Sur mer et sur terre, revue illustrée des voyages (1889), Le Monde pittoresque et monumental et La Terre illustrée, ce dernier devenant un supplément du journal. En 1900, Tallandier prend le contrôle du groupe et nomme le géographe Léon Dewez directeur. Le siège s'installe au 146 rue Montmartre, juste au-dessus du café du Croissant où Jean Jaurès mourra assassiné en juillet 1914. Le Journal des voyages devient un acteur incontournable de ce quartier, où se concentre à cette époque la quasi totalité des journaux et des imprimeurs. Après le lancement d'une nouvelle maquette en 1909, le journal est à son apogée, quand un nouveau concurrent porte un coup aux ventes du journal, il s'agit de L'Intrépide édité par la Société parisienne d'édition qui cible les jeunes adultes. Quelques années plus tôt, le magazine Je sais tout avait déjà capté une partie du lectorat adulte en proposant des « récits extraordinaires et de découvertes », imitant en cela les magazines anglo-saxons du groupe fondé par George Newnes.

L'arrivée de la photographie dans les éditions de presse courante tue petit à petit la part de mystère qui faisait le charme du Journal des voyages où les dessinateurs et graveurs ont encore la part belle. Un an après le début de la Première Guerre mondiale et toujours vendu 15 centimes, le Journal des voyages suspend sa parution, après avoir consacré ses unes aux récits militaires. Relancée le 26 février 1920, la formule s'arrête le 13 octobre 1921. Moreux, propulsé directeur scientifique et Guy de Téramond, directeur littéraire, ce dernier étant un romancier extrêmement prolifique et qui ne dédaigne par le genre fantastique et la science-fiction.

Le premier numéro annonce à ses lecteurs « L'homme aux yeux de tigre » du Captain George, un récit terrifiant mêlant greffe et anomalie génétique, et « Mars va vous parler » : les voyages sont devenus interplanétaires. Concurrencé par Sciences et Voyages, Tallandier cède la licence dexploitation à l'éditeur Gaston Doin qui va la conserver jusqu'en avril 1925. Paraissant irrégulièrement, le titre entre en sommeil en 1938. Une couverture en quadrichromie, des pages en bichromie, la cible est le public jeune. L'hebdomadaire se laisse gagner peu à peu par les valeurs du scoutisme, sous-titrant « Journal de la Jeunesse » des unes de moins en moins illustrées avec soin, faute de papier de qualité et sans doute de ressources.
Le titre disparaît à la fin de l'année 1949. Ci dessous, état définitif de la couverture, telle que publiée.

L'item "DESSIN PRESSE BDMARCEL THIERRY Art Deco GOUACHE ORIGINAL Paquebot Liberté 1946" est en vente depuis le lundi 18 juillet 2016. Il est dans la catégorie "Art, antiquités\Art du XXe, contemporain\Peintures". Le vendeur est "amideslivres" et est localisé à/en Fontenay sous Bois. Cet article peut être livré partout dans le monde.



DESSIN PRESSE BDMARCEL THIERRY Art Deco GOUACHE ORIGINAL Paquebot Liberté 1946  DESSIN PRESSE BDMARCEL THIERRY Art Deco GOUACHE ORIGINAL Paquebot Liberté 1946



Tags: